pixel facebook La sunnah qui préserve le cerveau des nourrissons - Muslim Parents Academy

La sunnah qui préserve le cerveau des nourrissons

Par Mika et Mina | Blog

Mar 04

 As Salamu Aleykum bien-vaillant parent !

Ça te dirait que j’te parle d’une découverte, qui risque de te surprendre et en plus, de renforcer ta foi dans ton Deen ? Attention à ton coeur! Tu t’aventures à y consolider l’importance de l’héritage que nous a laissé notre bien aimé Prophète Muhammad (sallAllahu ’aleyhi wa salam) 😁
 Mais avant, un petit rappel biochimique ça fait toujours du bien

la Glycémie c’est quoi ?

La première source d’énergie du nouveau né est en effet le sucre et plus particulièrement le glucose. Chez les nourrissons, celui-ci est principalement utilisé par le cerveau. Nos petits bouts de choux tous fragiles et innocents arrivent sur terre avec un certain taux de glucose dans le sang. On appelle ce taux : la glycémie. Celle-ci est dans la majeure partie des cas normale wal hamdulillah.

Mais il arrive parfois que cette glycémie soit trop basse, on parle alors d’hypoglycémie. Celle ci touche plus généralement les enfants de faible gabarit, notamment les bébés arrivants avant terme, c’est à dire avant la 37ème semaine de grossesse, ainsi que les enfants en surpoids et les bébés nés de mère diabétique.

Les dangers de l’hypoglycémie néonatale

Rassures toi, toute glycémie basse n’est pas à risque et une partie des enfants finissent par réguler rapidement leur taux de sucre dans le sang.
Toutefois à l’échelle mondiale, environ 15 millions de bébés naissent prématurément chaque année. Près de 10% d’entre eux présentent une hypoglycémie potentiellement dangereuse, ce qui n’est malgré tout pas négligeable.
Mais en quoi l’hypoglycémie est-elle dangereuse ?
Et bien l’hypoglycémie sévère peut, à plus ou moins long terme, entrainer des lésions cérébrales affectant le fonctionnement mental. Ces complications peuvent inclure un retard de développement de l’enfant, une insuffisance cardiaque et induire également un risque convulsif.

Alors comment traiter ces enfants ?

Actuellement, le traitement implique une prescription de compléments alimentaires et un suivi rigoureux de la glycémie par de multiples prises de sang, tandis que ces enfants sont extrêmement difficiles à prélever étant donné le faible diamètre de leurs vaisseaux sanguins.
De plus, nombre de ces bébés dont la glycémie peine à remonter se retrouvent en soin intensif à recevoir du glucose en intraveineuse.

Une méthode moins coûteuse et plus efficace

Heureusement, une équipe de chercheur de l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande ont mené une étude en maternité sur 242 bébés. Elle consiste à administrer un gel de dextrose (déjà utilisé dans les cas de diabète chez des sujets d’âge plus avancé), à l’intérieur de la joue, afin de permettre plus facilement son ingestion. La moitié des bébés a reçu le gel de dextrose et l’autre moitié un placebo. Les résultats sont formels. La moitié ayant reçu le gel de dextrose a vu son hypoglycémie diminuer contrairement à l’autre moitié. Un rapport sur cette étude, intitulé “Sugar Baby” a été publié dans The Lancet.
Ce traitement ne coûtant qu’un peu plus d’un euro par enfant, est plus économique que le traitement par intraveineuse et plus simple à administrer . Il pourrait donc devenir le traitement de premier ordre dans les maternités et services de néonatologie. Ceci dit, les recherches sur le sujet doivent être encore plus poussées avant que ce traitement soit définitivement mis en place.

Une sunnah équivalente au gel de dextrose

Nous savons que le plus sage des hommes (sws) trouvait son inspiration directement de notre Créateur. Quant au Créateur, IL connait certes mieux les créatures que les créatures elles même. Et Allah le Très Haut dit (selon une traduction du sens des versets):
Eh bien peut être connais-tu le Tahnik*. Cette pratique du prophète (sws) qui consistait à masser le palais et les gencives des nourrissons avec une datte qu’il mâchouillait. C’est sans rappeler les valeurs nutritives et les multiples bienfaits contenus dans ce fruit, comme ses apports en fibres, potassium, fer et magnésium. Mais nous soulignerons particulièrement dans cet article, son taux riche en glucides: Glucose, Fructose et Saccharose.
Voici donc plus de 1400 ans qu’Allah nous honore par la recommandation de cette pratique afin de préserver la santé de nos chères nourrissons. De quoi renforcer notre confiance et notre foi en notre magnifique religion, ses divers commandements et recommandations à travers le noble Coran et la Sunnah de notre bien aimé prophète Muhammad (sws) et de ses pieux compagnons (qu’Allah les agrée).
Et Dieu est certes le plus Connaisseur.
Qu’Allah nous guide et nous permette à tous d’apprendre, comprendre et appliquer ce qui nous est bénéfique sur tous les plans .
*Ci-joints les textes nous rapportant cette pratique …

Dans les deux authentiques, il est rapporté un hadîth de Abû Barda, d’après Abû Mûssa qui dit : « Comme j’avais eu un garçon, je l’emmenai au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qui lui donna le nom de Ibrâhîm, lui massa le palais avec une datte. »

Al-Bukhârî rajoute dans sa version : « Et pria [Allâh] de lui accorder la bénédiction. Enfin, il me le remit. Il [l’enfant] était le plus aîné d’entre les enfants de Abû Mûssa. »

Aussi, dans les deux authentiques, Anas Ibn Mâlik a dit : « Abû Talha avait un fils qui était tombé malade. Et il arriva que sa mort coïncida avec la sortie de Abû Talha, qui une fois rentré, demanda : « Comment se porte mon fils ? – Il est devenu plus calme. » Répondit Oum Soulaym avant de lui servir le dîner. Il mangea puis eut des rapports avec elle. « Tu dois enterrer l’enfant, le mit-elle enfin au courant. »
Le lendemain matin, Abû Talha alla voir le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) et le mit au courant – « Vous avez eu des rapports la nuit [passée] ? » demanda le Prophète – « Oui » répondit Abû Talha. « O Allâh ! Accorde-leur la bénédiction ! » En effet, [plus tard], Oum Soulaym mit au monde un garçon. Et Abû Talha de me dire : « Prends soin de lui jusqu’à ce que tu l’emmènes au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) ».

Effectivement, Anas avec qui Oum Soulaym envoya des dattes, emmena l’enfant au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qui le prit et dit : « [Avez-vous apporté] quelque chose avec lui ? – Oui, dit-on, des dattes. » Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) de prendre ces dattes, les mâcha un peu dans sa bouche et en mit dans la bouche de l’enfant en lui massant le palais. Enfin, il lui donna le nom de ’Abdullâh. »

Il est rapporté de Abû Oussâma, d’après Hichâm Ibn ’Ourwa qui a dit : « Asmâ était enceinte de ’Abdullâh Ibn az-Zoubeir – Elle dit : En quittant [la Mecque], la période de ma grossesse arrivait à sa fin. A Médine, je m’installai à Qoubâ où d’ailleurs j’accouchai. Aussitôt, j’apportai l’enfant au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) et le plaçai dans son giron. Et lui de demander une datte. Après l’avoir mâchée, il lança de sa salive dans la bouche de l’enfant de sorte que la première chose qui pénétra dans son ventre fut la salive du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam). Après moi, il lui mit la datte dans la bouche et lui massa le palais avant de lui faire une invocation et de dire : « Qu’Allâh le bénisse ! » C’était le premier enfant né [pour les émigrans à Médine] après l’avènement de l’Islâm – Qui, dit-elle, s’en sont beaucoup réjouit. » Surtout que certains leurs avaient dit : « Vous n’aurez pas d’enfants, car les Juifs vous ont certainement jeté un sort. »

Al-Khallâl a dit : « Il nous a été rapporté d’après Muhammed Ibn ’Alî, que ce dernier avait entendu Oum Weld [mère des enfants] de Ahmed Ibn Hanbal (radhiallâhu ’anhu) dire : Un jour que je me suis trouvé en butte aux douleurs de l’enfantement, j’ai appelé mon maître qui dormait en lui criant : « O mon maître ! Je vais mourir » Il dit [en invoquant Allâh] : « C’est Allâh qui console ! » j’enfantai alors Sa’îd. A ce moment là, il [L’imâm] dit : « Apportez les dattes » voulant désigner les dattes que nous avions apportées de la Mecque. Enfin, à mon ordre, Oum ’Alî a mâché quelques-unes de ces dattes, les a tirées de sa bouche et les a utilisées pour frotter le palais de l’enfant. » – Wa Allâhu A’lâm.

Partager l'article !
error
error

Cet article t'as plu ? Partage le à tes amis :)