pixel facebook Les neurones miroirs : Quésaco ? - Muslim Parents Academy

Les neurones miroirs : Quésaco ?

Par Mika et Mina | Education et Parentalité

Avr 27
Les neurones miroirs

C’est quoi ça encore ?

Tu ne t’es jamais demandé pourquoi lorsque tu vois ton mari ou ta femme bailler tu as tout à coup toi aussi envie de bailler ?

Ou pourquoi lorsque tu vois ton gamin se cogner la tête sur le coin de la table, tu as l’impression de ressentir ton crâne qui pique au même endroit ?

Eh bien la réponse est simple : les neurones miroirs.

Les découvertes sur les neurones miroirs sont la plus importante nouvelle non transmise de la décennie. Je prédis que les neurones miroirs feront pour la psychologie ce que l’ADN a fait pour la biologie. Elles vont fournir un cadre unifiant et aider à expliquer une quantité de dispositions mentales qui jusqu’à maintenant restaient mystérieuses et inaccessibles à l’empirisme.

Dr Vilayana Ramachandran

(Directeur du Centre pour le cerveau et la cognition, Professeur en neurosciences à l’université de San Diego en Californie)

Dans les années 90, le Pr Giacomo Rizzolatti, directeur du département de neurosciences de la faculté de médecine de Parme en fait la découverte avec son équipe.

Ils s’aperçoivent en menant une étude sur des singes, que des parties similaires de leurs cortex prémoteur s’activent lorsqu’on leur tend une banane et qu’ils la saisissent ou lorsqu’ils voient un autre singe effectuer cette action.

L’existence de ces neurones sera mise en évidence chez l’homme en 2010 par une équipe de chercheurs allemands et canadiens.

Ce mimétisme neuronal passe principalement par la fonction visuelle mais pas seulement. Les zones de ton cerveau s’activent aussi bien lorsque tu observes un individu réaliser une action, que lorsque tu la réalises toi même ou bien que tu l’imagines. Ce sont par exemple, ces neurones qui vont te permettre de ressentir les émotions d’un personnage lorsque tu lis un roman ou une histoire.

Les neurones miroirs

 

Les 3 rôles majeurs des neurones miroirs

1. Imiter et apprendre

Les neurones miroirs jouent un rôle fondamental dans la cognition sociale et le processus d’apprentissage. L’être humain apprend la majeur partie des choses par imitation.

Ils permettent dès tout petit de sculpter des chemins neuronaux pour créer des automatismes de fonctionnement.

Je le vois bien sur mon fils Yanis qui a acquis le langage et la marche beaucoup plus rapidement que son frère Adam de 2 ans son aîné, en l’imitant et en répétant systématiquement tout ce qu’il dit, et avec l’émotion et l’intonation s’il vous plaît !

C’est un phénomène que l’on peut d’ailleurs observer dans toutes les fratries. Et c’est effectivement une raison pour laquelle il est recommandé de mélanger les âges dans les écoles type Montessori.

Ces connaissances nouvelles permettent d’adopter de nouveaux types d’entraînements chez les sportifs. En visionnant certaines pratiques de sportifs de haut niveau, il se crée dans leur cerveau un mimétisme susceptible d’améliorer leur jeu.

Cette faculté n’est bien évidemment pas ignorée de notre Créateur qui nous recommande de prendre les meilleurs des êtres, les prophètes, leurs compagnons, leurs familles (ou d’autres personnages illustres tel que Luqman) comme modèles et exemples (que la paix soit sur eux).

>>> À Lire : Les 8 leçons fondamentales de Luqman qu’il faut enseigner aux enfants

 

2. Décrypter les émotions

Les neurones miroirs ont ainsi un rôle prépondérant dans le décryptage des émotions. L’enfant va ressentir l’émotion des personnes en face de lui, des personnages qu’il voit à l’écran ou qu’il imagine lorsqu’on lui raconte une histoire.

Il va également  apprendre à exprimer ces émotions en reproduisant ce qu’il voit, comme un sourire par exemple. Voilà également pourquoi il est mieux que l’enfant n’ait pas de tétine qui puisse entraver cet apprentissage.

>>> Pour en savoir sur l’usage déconseillé de la tétine chez l’enfant…

Lorsque les enfants sont très jeunes, ils ne savent pas encore prendre du recul vis à vis des images ou des scènes dont ils sont témoins. Celles ci peuvent engendrer de véritables terreurs, crises d’angoisses et cauchemars. il est donc important de les préserver des images inappropriées.

Tout comme il est important d’essayer de ne pas leur communiquer des émotions qui pourraient être toxiques et néfastes pour leur développement cérébral.

Rappelons que le stress et la peur vont bloquer la sécrétion des hormones qui permettent au cerveau de l’enfant de se développer (ocytocine, sérotonine …) et donc d’acquérir la faculté de réguler ses propres émotions.

Ces états vont même engendrer la sécrétion de cortisol qui à forte concentration peut avoir un effet destructeur sur les neurones de l’hippocampe et du cortex-préfrontal, sièges de la régulation des émotions.

C’est pour cela que des spécialistes en neurosciences affectives comme Catherine Gueguen recommandent vivement d’éviter tout type de comportement qui puisse stresser ou apeurer l’enfant, ne serait-ce que faire les gros yeux qui semble pourtant être une chose anodine.

Les émotions sont contagieuses. #NeuronesMiroirs Cliquez pour tweeter

>>> A lire : Comment gérer sa propre colère face à un enfant ? Discipline positive et outils prophétiques

 

3. Empathie, communication et relations sociales

Les neurones miroirs tiennent donc une place forte dans le processus affectif qu’est l’empathie. Ils sont même parfois surnommés “neurones empathiques”.

Comme j’y ai fait référence précédemment, lorsque nous observons une émotion chez quelqu’un, nous ressentons cette émotion en nous avec des nuances relatives selon les liens d’affection entretenus avec cette personne.

Un simple sourire peut ainsi induire un sentiment de sympathie chez l’autre.

En plus de saisir le langage corporel des autres, l’empathie générée va permettre à son tour de comprendre l’autre, et de lui répondre de manière appropriée.

Elle trouve alors son plein rôle dans la  communication avec autrui et l’entretien des relations sociales.

 

Leur importance dans l’éducation

Au vu de toutes ces explications, on saisit mieux leur importance dans l’éducation de nos enfants.

Ce qu’il faut absolument comprendre c’est la responsabilité que cela engage auprès des parents.

Non seulement sur le plan biologique (développement de leur cerveaux et de leurs facultés affectives et cognitives) mais sur les plans psychologique , spirituels, physiques, financiers et autres.

Les parents sont les personnes qui côtoient le plus l’enfant. Ce sont eux sur lesquels il va calquer son comportement subhan’Allah. Il ne tient qu’à nous d’être exemplaires à tous les niveaux car les enfants nous observent et reproduisent nos bonnes actions comme les mauvaises.

A nous de choisir ce que nous souhaitons leur offrir. De la violence et de l’agressivité ou de la tendresse, des gestes doux, de belles paroles, l’endurance et la patience, le goût de la lecture, de bonnes habitudes alimentaires et j’en passe…

Les enfants sont le reflet des parents… Cliquez pour tweeter

 

Une petite vidéo pour comprendre

3 livres pour aller plus loin

 

  1. Les neurones miroirs de Giacomo Rizzolatti et Corrado Singaglia
  2. Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner de Pierre Bustany
  3. Pour une enfance heureuse de Catherine Gueguen

 

Partager l'article !
error

(2) Commentaires

Ajouter une réponse
error

Cet article t'as plu ? Partage le à tes amis :)