pixel facebook Les 3 R de la Réparation | Discipline positive - Muslim Parents Academy

Les 3 R de la Réparation | Discipline positive

Par Mika et Mina | Blog

Mai 27
Les 3 R de la réparation Discipline positive

Les parents ne s’en rendent parfois pas forcément compte

« Vous allez découvrir avec stupéfaction comment, inconsciemment bien sûre vous êtes parfois vous même à l’origine du déclenchement des comportements que vous réprouvez »

(Isabelle Filliozat , J’ai tout essayé)

Il est 19h30, les repas sont un véritable enfer.

Nous ne connaissons pas encore bien la discipline positive et l’ensemble de ses outils.

À table c’est parfois l’anarchie et on tente d’user de tous les subterfuges pour que notre petit Adam (3 ans) accepte de bien vouloir avaler quelque chose.

Ce soir là nous avons réussi tant bien que mal à lui faire manger une partie de son plat. Mais voilà que l’heure du dessert sonne et chez nous, les fruits sont d’une importance capitale.

Nous essayons de varier et nous aimerions qu’il mange de la pomme car cela fait déjà plusieurs repas où il bénéficie d’une clémentine dont il raffole.

Mais lui en a décidé autrement. Il refuse catégoriquement la pomme et veut sa clémentine à tout prix.

Après quelques minutes de négociations, nous arrivons à conclure un accord :

« Ok, lui dis-je, tu peux avoir de la clémentine mais seulement une fois que tu auras mangé ce morceau de pomme. »

Adam accepte et commence alors à manger son morceau de pomme avec attrait.

Allez savoir pourquoi les enfants refusent parfois de manger ou simplement de goûter ce qu'en fait ils aiment bien ! Cliquez pour tweeter

Le voyant dévorer la pomme en l’appréciant sincèrement, Mina lui glisse naturellement un deuxième morceau de pomme.

Le premier morceau fini, Adam veut maintenant sa clémentine.

« Finis la pomme mon chéri, tu auras la clémentine juste après » lui dit Mina.

Adam se lève de sa chaise, devient tout rouge et se met à crier :

« Nan, je veux la clémentine je t’ai dis !!! »

« Calme toi, on ne crie pas sur ses parents comme ça ! » lui dit elle.

« Donne moi la clémentine j’ai dis !!! » rétorque l’enfant dans une terrible colère.

« Excuse toi avant ! »

« Naaaaan ! » répond-il avec détermination, le corps en avant comme s’il allait nous sauter dessus.

Sentant notre autorité mise à mal, nous nous braquons alors. Hors de question de lui donner sa clémentine avant qu’il ne s’excuse.

Mais niet ! Il ne contrôle plus ses émotions et reste dans une colère agressive vis à vis de nous. Pour ne pas perdre la face, nous le faisons alors sortir de table en lui disant d’aller se calmer dans le salon.

Il y va et parvient à se calmer en jouant dans un coin de la pièce avec ses petites voitures…

 

Un outil puissant pour désamorcer un conflit avec son enfant

Un peu sonnés par la violence de l’échange nous nous regardons abasourdis ne sachant quoi se dire.

Je me pose alors sur le fauteuil en ouvrant le livre La discipline positive de Jane Nelsen qui traînait sur le bureau et tombe sur la fameuse règle des 3 R…

« Les erreurs sont de merveilleuses opportunités d’apprentissage »

(Jane Nelsen, La discipline positive)

Les 3 R de la réparation

Reconnaitre

Savoir Reconnaître son erreur, Reconnaître sa part de responsabilité et le dire à l’enfant. Et cela pour 2 raisons :

  • La première c’est qu’il faut savoir être juste et honnête avec tout le monde. Qui plus est avec ceux que nous aimons. Et donc encore plus avec nos enfants. Comment vous sentez vous vous même lorsqu’une personne qui a eu un différent avec vous et était en tort vient vous signifier qu’elle reconnaissait sa responsabilité dans le conflit ?
  • La seconde c’est que – et je ne cesserais de le répéter – nous sommes les premiers modèles de nos enfants. Neurones miroirs obligent, nos comportements sont ceux qu’ils auront les plus grandes chances de reproduire. Par conséquent pour éduquer un enfant à reconnaître sa part d’erreur lorsqu’elle lui incombe et lui apprendre à accepter le fait que l’on puisse faire une erreur sans que cela ne soit une fatalité est juste indispensable. N’est ce d’ailleurs pas la base du principe de repentance que nous enseigne notre noble religion ?

Réconcilier

Une fois l’erreur reconnue, il est fondamental pour une réconciliation de présenter ses excuses. Dire à l’enfant que l’on est désolé va permettre de se reconnecter à lui. Le jeune enfant perçoit bien mais interprète souvent mal. On ne peut corriger un comportement déplaisant si on vise la raison de l’enfant sans passer au préalable par son cœur.

De plus il est surprenant de voir à quel point les enfants sont empathiques et surtout miséricordieux. Encore un bel exemple de la fitra dans laquelle ils baignent encore subhan’Allah.

Ce type d’attitude lui permettra également de savoir s’excuser à son tour lorsqu’il remarquera ses propres torts lors de situations prochaines.

Résoudre

Le terrain est maintenant fertile pour pouvoir avancer et permettre de trouver une solution ensemble.

Rappelons que :

La discipline positive en appelle à évoluer avec l'enfant et non à se dresser contre lui. Cliquez pour tweeter

Demander à l’enfant de réfléchir avec soi à une solution c’est lui permettre d’être acteur et de s’impliquer dans le processus de paix. Ce qui ne peut que le faire grandir et gagner en maturité.

Et Adam et nous dans tout ça ?

En lisant cela, je me dis zut ! Quels injustes nous faisons.

Je m’imagine tout à coup l’injustice et la trahison qu’a pu ressentir mon fils.

Nous lui avions menti et avions tenter de l’arnaquer sans nous en rendre compte.

Je le regarde alors en train de jouer innocemment avec ses voitures et un sentiment de culpabilité m’envahit.

Je m’en vais directement faire part de ma découverte à Mina qui se sent alors coupable tout autant que moi et file immédiatement mettre les conseils en application.

« Adam, tu sais tout à l’heure maman elle a fait une chose injuste vis à vis de toi. Nous t’avions dis que tu aurais la clémentine une fois ton morceau de pomme fini et je t’ai donné un autre morceau de pomme alors que ce n’était pas convenu. Je regrette d’avoir fais ça. Je voudrais m’excuser et te demander pardon. »

« Oui maman je te pardonne. Et moi je m’excuse d’avoir crier sur toi, je n’aurais pas du et je ne recommencerais plus … »

S’en suivit alors une session de câlins et de bisous, les larmes au bord des yeux, qui remit tout le monde d’accord 💜

Des livres pour aller plus loin

 

Mika – Muslim Parents Academy

 

Si cet article t’a plu n’hésite pas à le partager 😉

Partager l'article !
error

(2) Commentaires

Ajouter une réponse
error

Cet article t'as plu ? Partage le à tes amis :)